Logo du SNES

Adhérez au SNES

Rechercher :

Permanences
du lundi au vendredi
de 14h30 à 17h30
Teléphone : 04 78 58 03 33
Mail : Enveloppe
Suivez-nous : FB TW
Actions
Album photo
CARRIERE - MUTATIONS
Catégories / Disciplines
Description de l’académie
Publications
Vie interne du SNES

Plan du site

Partager cet article :

Publié le : 15 décembre 2015

Rentrée 2016 : 65% des bilangues supprimées dans l’académie de Lyon

Communiqué de presse du SNES Lyon : Rentrée 2016 : 65% des bilangues supprimées dans l’académie de Lyon

Lyon, le 18 décembre 2015

La Rectrice de l’académie de Lyon a présenté aux organisations syndicales le 15 décembre une carte des langues vivantes enseignées dans l’académie. La carte porte sur la rentrée 2018 mais c’est dès la rentrée 2016 que l’essentiel des mesures devrait s’appliquer.

En application de la réforme des collèges, l’académie de Lyon supprime les bilangues, dispositif qui permettait de suivre deux langues vivantes dès la 6°. Cependant, face à l’opposition des personnels et à l’attachement des familles à ce dispositif, la possibilité de suivre deux langues dès la 6° est maintenue dans 84 cas sur 239 bilangues actuellement existantes (+ 4 créations) : cela représente tout de même une suppression sèche de 65% des bilangues existantes.

La possibilité de prendre deux langues vivantes en 6° est maintenue (ou créée dans 4 cas) d’une part dans la plupart des établissements de l’éducation prioritaire, validant sans doute notre analyse selon laquelle les bilangues contribuent à maintenir la mixité sociale dans certains établissements, d’autre part dans des collèges parmi lesquels semblent se retrouver majoritairement les plus favorisés socialement : s’agit-il là d’une anticipation de la fuite vers les collèges privés que la suppression des bilangues aurait entraînée plus largement encore dans ces établissements ? La pression des familles y a-t-elle été plus forte ? En tous cas, les collèges socialement mixtes, la grande majorité des collèges, sont les grands perdants de l’opération. En termes de langues vivantes enseignées, l’italien était proposé en bilangue dans 41 collèges de l’académie, il n’y en aurait plus que 10 dès la rentrée 2016, ce qui correspond à la suppression la plus massive et menace donc directement l’enseignement de cette langue.

La nécessité de penser les enseignements de langues vivantes en cohérence entre école primaire collège et lycée est là encore une démarche qui aurait pu présenter de l’intérêt si elle n’avait été faite dans le carcan de la réforme du collège qui complexifie les procédures et contraint les choix des familles. Ainsi, la possibilité de prendre une deuxième langue dès la 6° serait aussi conditionnée, là où cela sera proposé, à l’enseignement d’une autre langue que l’anglais en primaire, sans que l’on puisse être assuré de la pérennité du dispositif sur le long terme.

Les élèves qui entreront en 4° et en 3° l’an prochain n’auront que 2h30 de LV2 (et non plus 3h) alors qu’ils n’ont pas bénéficié de cet enseignement en 5°.

L’académie affiche un objectif de proposition de l’allemand dans un grand nombre d’établissements, essentiellement en langue vivante 2 à partir de la 5°. Cet objectif est-il tenable alors même que c’est la création des bilangues qui avait permis de relancer l’attractivité de l’allemand ? Quand bien même il serait atteint, il ne résoudrait pas la question des postes des professeurs d’allemand obligés d’enseigner sur plusieurs établissements bien davantage qu’actuellement.

Le SNES a également dénoncé le fait même que ces choix politiques soient laissés à la libre appréciation de chaque académie, aggravant les inégalités entre les territoires.

Enfin, l’opacité est totale sur les critères qui ont présidé à ces choix et sur ce qui sera retenu au final : pour ne donner qu’un exemple, dans tel établissement pression est faite sur les collègues de langues du second degré pour aller faire des heures au primaire alors que dans tel autre malgré le volontariat affiché des enseignants, on a annoncé la fermeture définitive et sans appel de la bilangue...

Les personnels restent déterminés à obtenir l’abrogation de l’ensemble de la réforme des collèges dont la suppression des bilangues n’est qu’un aspect. Le SNES, avec l’intersyndicale représentant plus de 80% des personnels, a d’ores et déjà appelé à la grève le mardi 26 janvier, la contestation de la réforme par la profession s’amplifie au fur et à mesure que se dévoilent ses conséquences concrètes pour les personnels et pour le service public d’éducation.

PDF - 13.1 ko
Strategie proposée pour la carte des langues vivantes
PDF - 57.2 ko
Projet carte cible des lv ecole - college 2018
PDF - 103.9 ko
Projet carte cible des lv college - Lycée - LP 2018





 
Contacter le Webmaster du site | Retour en haut de la page | Site réalisé sous Spip | Creative Commons License | Mentions légales