Logo du SNES

Adhérez au SNES

Rechercher :

Permanences
du lundi au vendredi
de 14h30 à 17h30

Teléphone : 04 78 58 03 33

Ecrire au SNES Lyon :
Enveloppe
Suivre le SNES Lyon :
FB TW
Nos permanences téléphoniques reprènnent du lundi au vendredi de 14h30 à 17h30 ( 04 78 58 03 33) par contre nos locaux restents fermés. Vous pouvez aussi nous joindre par mail à s3lyo@snes.edu
Actions
Album photo
CARRIERE - MUTATIONS
Catégories / Disciplines
Description de l’académie
Publications
Vie interne du SNES

Plan du site

Vous êtes ici : Accueil >> Catégories / Disciplines >> CPE
Partager cet article :

Publié le : 24 mars 2016

Déclaration préalable au GT des postes CPE

Lyon, le 24 mars 2016

Déclaration préalable au GT des postes CPE

Nous sommes réunis à l’initiative de la Rectrice de l’académie de Lyon pour le groupe de travail de création-suppression des postes de CPE. Nous interviendrons sur deux points.

Le premier point, concerne les moyens pour les CPE. Comme chaque année, nous déplorons qu’aucun poste ne soit créé malgré les besoins réels de certains établissements scolaires. Rentrée 2016 : un poste créé pour l’ouverture du collège de Montceaux (commune de Thoissey), compensé par la suppression d’un poste de lycée dans l’Ain.
En d’autres termes, la Rectrice gère la pénurie au lieu de réclamer les moyens nécessaires au bon fonctionnement des services Vies scolaire de nos EPLE. Dans notre académie, nous avons depuis longtemps épongé le soi disant surplus du BOP Vie de l’élève. Comment peut-on expliquer le manque de création de postes de CPE à Lyon ?
Cette absence volontaire de création de postes de CPE a une incidence majeure sur les moyens de remplacements. Le nombre de TZR CPE de l’académie dépasse difficilement la dizaine, alors qu’il en faudrait au moins quarante. Les remplacements sont effectués par des contractuels trois fois plus nombreux que les TZR chez les CPE. Cela n’est pas admissible.
Pour les enseignants, les remplacements sont effectués principalement par des titulaires. Ce n’est pas du tout le cas pour les CPE. Que devons-nous comprendre ?
Nous exigeons que la capacité d’accueil renvoyée par la rectrice au ministère pour le mouvement inter académique soit augmentée de manière substantielle, répondant en cela aux nombreux établissements, qui chaque année, lors du vote des DHG, réclament la création supplémentaire d’un poste de CPE.
Par ailleurs, les CPE et DOC sont contraints de participer à des formations pour la réforme du collège. La préparation de la rentrée 2016 montre que les effets de la nouvelle organisation pédagogique sur les emplois du temps des élèves n’ont pas été anticipés. Pour faire face aux diverses répercussions impactant les Vies scolaires, peu de moyens sont mis en œuvre. Or, les CPE de collèges sont sous pression pour prendre en charge des séquences pédagogiques et vont devoir aussi gérer une multiplication de va et vient de groupes flexibles, ce qui va augmenter sensiblement la complexité des contrôles (entrée-sorties-études) et le nombre d’élèves pris en charge.
Pour le SNES-FSU, travail en collaboration avec les enseignants et prise en compte de sa compatibilité avec toutes les autres missions du CPE et sa charge de travail doivent être des préalables. La circulaire d’Août 2015, doit d ‘abord être appliquée et respectée avant de vouloir faire dévier le cœur de notre métier vers une éventuelle coloration pédagogique supplémentaire.

Enfin, nous continuons à réclamer le fichier 2015 de l’affectation académique des CPE , promis aux organisations syndicales mais toujours pas transmis, malgré l’accord de principe.

Le second point, concerne les moyens en AED. Dans le cadre de la réforme du collège, rejetée à la fois par les parents et les personnels, la Rectrice annonce la suppression de 68 ,5 ETP de AED de lycée (soit environ 137 postes), pour les réimplanter en collèges. Là encore il ne s’agit que de gérer l’absence de moyens. Les lycées seront mis en difficulté alors même que nous sommes dans une période de renforcement de la sécurité. La charge de travail de suivi des élèves, la gestion de la DP, la surveillance des élèves, … sont autant d’aspects du travail des AED qui ne disparaîtront pas et qu’il faudra assumer malgré tout. Les AED, moins nombreux en lycées, seront en permanence sous tension, à gérer une charge de travail accrue, des études à réussir, ce qui fait craindre un absentéisme. La fonction de AED ne sera plus un tremplin pour les jeunes désirant s’insérer professionnellement. On précarise encore plus la jeunesse. Quels sont les AED qui ne seront pas renouvelés ? Sur quels critères ? Que deviendront-ils ? Les choix à faire pour le non renouvellement des contrats devra être assumé par les chefs d’établissements et non pas par les CPE même si on les contraindrait à le faire. Nous les appelons à nous contacter chaque fois qu’ils pourraient se trouver dans cette situation.
En agissant ainsi, la Rectrice met en toute connaissance de cause, les vies scolaires des lycées en difficulté. Les CPE de lycée ne sauront être tenus responsables, des débordements et des problèmes de sécurité qui ne manqueront pas de surgir en vie scolaire, l’année prochaine.
Nous considérons qu’une réelle prise en compte des besoins de TOUTES les Vies scolaires, qu’elles soient de lycée ou de collège, ne peut se faire au détriment de l’un ou l’autre type d’établissement. Avec les personnels des lycées, nous lutterons contre cette razzia annoncée.






Les autres articles de cette rubrique datant de mois de 3 mois





 
Contacter le Webmaster du site | Retour en haut de la page | Site réalisé sous Spip | Creative Commons License | Mentions légales